Perturbateurs endocriniens et troubles du comportement chez l’enfant : l’INSERM établit un lien

Les femmes enceintes présentant un fort taux de perturbateurs endocriniens dans leurs urines pendant la grossesse remarquent des troubles du comportement chez leur garçon entre 3 et 5 ans. C’est ce que révèle une étude de l’INSERM, commencée en 2003.

Les phénols et phtalates sont particulièrement ciblés. « Le triclosan est un agent antibactérien retrouvé dans certains dentifrices et savons » prévient l’étude, « le DBP est utilisé comme plastifiant dans les plastiques de type PVC, certaines colles, vernis à ongles et laques pour les cheveux. »

Ils influent sur les hormones, notamment impliquées dans le développement normal du système nerveux central et la grossesse : « particulièrement les hormones thyroïdiennes, des hormones stéroïdiennes, comme l’œstrogène, ou d’autres hormones, comme l’ocytocine ou la vasopressine, des hormones sécrétées par l’hypothalamus ».

L’étude a été réalisée sur 529 petits garçons dont les mamans enceintes ont été recrutées entre 2003 et 2006. Un échantillon d’urine prélevé durant la grossesse a permis « le dosage de biomarqueurs caractéristique de l’exposition aux phénols et aux phtalates ».

« Les niveaux urinaires étaient de l’ordre de 1 à 3 µg par litre pour le bisphénol A, de 10 à 100 µg par litre pour le triclosan, et de 50 à 200 pour le méthylparabène. »

Les mères ont rempli un questionnaire standardisé aux 3 et 5e anniversaires notamment sur  l’hyperactivité, les troubles émotionnels et les troubles relationnels.

Et des effets plus précis ont été associés à chaque perturbateur.

« L’exposition au bisphénol A était associé à une augmentation des troubles relationnels à 3 ans et des comportements de type hyperactif à 5 ans. »

Et ce à des expositions faibles, « probablement inférieures à celles préconisées par l’autorité européenne de sécurité alimentaire, l’EFSA » indique l’étude.

« Le métabolite du DBP était lui associé à davantage de troubles émotionnels et relationnels »

Mais les perturbateurs endocriniens pourraient aussi agir sur la formation physique de l’enfant :

« Au niveau moléculaire, le triclosan est capable d’interagir avec l’axe thyroïdien qui, pendant la grossesse, est impliqué dans le développement du cerveau du fœtus. »

« L’équipe d’épidémiologie environnementale de Grenoble avait déjà mis en évidence une diminution du périmètre crânien à la naissance avec cette même population  »

Attention, l’INSERM n’évoque pas ici les troubles autistiques, seulement les troubles du comportement non-diagnostiqués.

En savoir plus >