La chasse de leurs « œufs de Pâques »

14 avril 2017

Après une nuit difficile mais magique à la belle étoile, on a pu essayer notre premier petit-dej dans le désert. Luc et Jim ont sorti les drones pour faire les premiers essais. Grâce à l’aile volante, on a eu une vue aérienne du camp. On a repris les 4×4, pour partir à la recherche des tectites.

En chemin, Luc nous a fait une démonstration de sa recherche à partir du véhicule. Vers 11h30, une fois arrivés sur une zone connue de tectites, on est parti à la chasse de nos œufs « Pâques ». Tous les 10 mètres, on se penchait pour ramasser ces petites gouttes de roches et de météorite fondues. Un petit repas composé de tomates, thons et chips, et on était de nouveau en route pour essayer de trouver une nouvelle zone de tectites.

En route, nous sommes tombés sur une site néolithique de taille. Parfaitement conservé avec son percuteur, ce petit bout d’histoire nous a compté son passé.

La nouvelle zone de tectites ne fut pas fructueuse. En effet, nos trouvailles furent maigres. On a alors repris la route pour partir à la recherche d’un « cratère » peut-être météoritique. On est alors tombé par hasard sur la seule plante du désert et fleurie qui plus est.

Une fois arrivé au cratère, Philippe a pu donné son avis de géologue sur ce site impressionnant. Les drones furent de nouveaux sortis pour explorer ce « trou » vu du ciel.

Une fois l’exploration finie, on remontait déjà dans les 4×4 pour partir à la recherche de météorites dans une zone proche de celle d’hier. Une fin de journée de folie ! Des météorites toutes plus grosses les une que les autres ont été trouvées, le tout complété par un coucher de soleil qui a embrasé le ciel.

La nuit tombée, on est retourné manger dans notre pausada favorite. Malgré la fatigue des seniors, avec l’accord de Luc et à l’avis général, une fois retournés dans le désert, on est reparti à la recherche des tectites mais de nuit cette fois, avec nos lampes frontales. Après le froid de la nuit d’hier, on a décidé de monter les tentes pour dormir protégé du vent et c’est au chaud dans nos duvets qu’on s’est endormi, la tête toujours plus pleine d‘étoiles.