Le Tara autour du Pôle

Pour faire progresser la science et nos connaissances de l’environnement il faut être prêt à se mouiller et ne pas craindre le froid. Les scientifiques et marins du Tara, goélette à l’épreuve des glaciers, le savent bien.

Imaginée et créée par l’explorateur Jean-Louis Etienne, la goélette de 36 mètres de long était destinée à naviguer dans les régions les plus froides de notre planète, en quête de précieuses informations scientifiques. C’est en pressant le noyau d’une olive entre ses doigts que son créateur aurait eu l’idée de cette coque arrondie, permettant au bateau de remonter à la surface plutôt que de se faire broyer par les puissants glaciers de l’arctique.
Tara est un bateau unique en son genre. Pas très commun de nos jours, en effet, d’explorer les océans à bord d’un voilier, et encore moins de dériver consciemment parmi les glaciers…

La goélette peut accueillir 14 personnes, dispose d’un laboratoire dit « humide » sur la plage arrière et d’un deuxième à l’intérieur, qui est évidemment extrêmement bien isolé. Elle est, depuis 24 ans, le très fiable compagnon de nos explorateurs modernes.

C’est quelques jours avant le départ de l’équipage, composé de marins et de scientifiques, que le Labo des savoirs est allé visiter le bateau et rencontrer une partie de l’équipe, affairé aux préparatifs du long voyage à venir.

En effet, le 19 mai 2013, Tara a entamé un voyage de 25 000 km sur six mois à travers l’océan arctique, dans un but scientifique et pédagogique. Cette expédition internationale, nommée Tara Ocean polar circle, s’est fait en collaboration avec les pays riverains de l’océan Arctique, en association avec la fondation Prince Albert II de Monaco et Agnes b.

Continuité de la précédente expédition Tara Ocean, l’enjeu était cette fois encore de prélever des micro organismes, le plancton principalement, pour pouvoir effectuer une comparaison de la biodiversité arctique avec celle des autres océans.
Le but, comme ils l’annoncent, sera de comprendre quelle est la vulnérabilité de la biodiversité polaire à nos activités, comment la fonte de la banquise impacte l’écosystème polaire marin et quelles pollutions s’immiscent dans ces régions reculées.

Un bijou passé de mains en mains

Nommée d’abord Antarctica par Jean-Louis Etienne, elle parcourue avec lui les mers dans un but d’exploration scientifique, jusqu’en 1996. Elle fût ensuite reprise par Peter Blake et renommée Seamaster, devenant l’outil de la lutte pour la défense de l’environnement. Les dangers de la mer eurent malheureusement raison de Peter Blake, qui mourut assassiné sur le bateau, en 2001, par des pirates sur le fleuve Amazone au Brésil.
C’est deux ans plus tard, racheté par Etienne Bourgois, directeur général d’Agnes b. et grand passionné de voile, que la goélette reçue son nom actuel : Tara.

Depuis lors, dans une volonté de poursuivre ce que Peter Blake avait commencé, la goélette enchaîne les expéditions scientifiques, à la découverte des mystères des zones polaires de notre planète. La plus connue d’entre elles : l’expédition Tara Arctic, aventure scientifique et humaine d’une durée totale de 507 jours, pendant lesquels le bateau dériva volontairement avec les glaciers de l’Arctique. En collaboration avec le programme de recherche européen Damocles, les études menées consistaient à tenter d’anticiper le changement climatique et l’éventuelle disparition de la banquise.

Ces formidables aventures humaines et scientifiques sont aussi l’occasion de sensibiliser le publique, jeune et moins jeune, aux enjeux de la protection de l’environnement et à notre impact sur celui-ci. C’est avec cette volonté et l’envie de partager qu’a été régulièrement alimenté le site internet des expéditions du Tara, dans lequel on peut retrouver un journal de bord, des photos et vidéo, ainsi qu’une carte du trajet, qui permettait de suivre en tant réel leur avancée.

Revivez leur périple au jour le jour en vidéo sur le site internet de France 3, grâce à Tara Live réalisé par l’équipe de l’émission Thalassa.

Et enfin, vous pouvez également suivre l’actualité du Tara via Facebook, Twitter et également sur le site Tara junior, pour les enfants.

Crédits

Un reportage de Claire Sizorn et Valentin Le Guen à retrouver dans l’émission du Labo des savoirs, « Les marins-chercheurs, à la découverte des océans ».

Illustration : Tara Polar circle
Crédit photo : Tara expéditions