Kepler et la musique des sphères

Contempler l’harmonie du monde et entendre la musique des astres ; mêler avec élégance musique, physique et mathématique : c’était le rêve de l’astronome Johannes Kepler (1571-1630).
Découvrez le Kepler Music Project, une création contemporaine qui rend hommage à Képler.

Kepler, c’est aussi le nom d’un télescope spatial. Grâce aux techniques de la sismologie stellaire, le télescope permet d’entendre ce dont rêvait l’astronome : le chant des étoiles…

Invités

Guy Boistel et Stéphane Le Gars, professeurs de physiques, passionnés d’astronomie, musiciens de jazz.

Patrick Lang, philosophe et musicologue à l’Université de Nantes complète ce duo et nous initie à l’histoire de la musique des sphères.

Ressources

– L’œil de l’astronome, un film de Stan Neumann

Un épisode fascinant de l’histoire de l’astronomie. A la fin de l’été 1610, Johannes Kepler observe pour la première fois les astres à travers une lunette. Dix nuits durant, Kepler a à sa disposition la lunette astronomique conçue par Galilée – le temps lui est compté pour prouver ses théories.

– Le site du Kepler Music Project : guyboistel.wix.com/

– Le site du télescope Kepler : kepler.nasa.gov

– Un moment lumineux : La rencontre de Johannes Kepler et de Tycho Brahé, Françoise Joudrier et Jean-Pierre Verdet, L’école des Loisirs, 2009

Tout les sépare. L’un est un pauvre roturier, l’autre un riche seigneur danois, l’un a vingt-neuf ans, l’autre cinquante-quatre. Pourtant, ils partagent l’essentiel : une passion des étoiles qui les tient depuis qu’ils ont vu, enfants, l’un une comète et une éclipse de Lune, l’autre une éclipse de Soleil. Un livre pour les jeunes, qui y trouveront autant de plaisir que leurs parents, car les textes sont aussi soignés que les illustrations.

– Kepler : un opéra de Philip Glass

– La Symphonie de l’Harmonie du Monde de Paul Hindemith

Crédits

Une émission animée par Erwin Dehouck et Stéphanie Morin, avec la participation de Jules Cavalier-Blanchard, Julie Lacaze et Guillaume Mézières, dirigée par Gabriele Hess-Fernandez.

Articles associés