La fabrique du masculin

Comment définir la virilité ? Comme une valeur, c’est-à-dire une construction basée l’histoire, la culture ou le politique. Cette construction sociale a tout d’une structure fragile. La virilité a ses triomphes et ses crises, elle mue et parfois s’écroule. La regarder avec les sciences humaines est d’abord une façon de la déconstruire.

Selon le temps ou l’espace, l’existence virile n’a pas les mêmes significations. La force, la vaillance, les poils ou le pantalon : sur quels signes se construit l’identité masculine ? Des idées forces sonnant creux aux signifiants les plus anodins, Le Labo des savoirs tente de dévoiler les mécanismes de la fabrique du masculin.

Invitée

Masculin Aurélie MarchandAurélie Marchand, sociologue et ethnographe. Co-fondatrice de l’association Fil en tête dont l’objectif est de favoriser les rencontres entre les sciences sociales et la cité, au-delà des espaces académiques.

En 2014, Aurélie Marchand a collaboré à la création d’une pièce intitulée « Un baiser sans moustache » avec Stéphane Pauvret et François Gripeau, danseur et chorégraphe décédé en novembre 2013. Une œuvre où se mêlent la danse et l’ethnographie.

Ressources

– Un baiser sans moustache : plus d’informations sur la pièce à laquelle a contribué Aurélie Marchand sur ce lien.

Histoire de la virilité, dir. Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello, Seuil, 2011
Œuvre majeure en trois tomes dirigée par les historiens dits « du sensible », trois temps dans cette histoire du viril, « L’invention de la virilité, de l’antiquité aux Lumières » (tome 1), « Le triomphe de la virilité au XIXe » (tome 2) et « La virilité en crise ? XXe et XXIe siècles » (tome 3).

Ce que soulève la jupe, Christine Bard, Autrement, 2010
Professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, Christine Bard applique un regard rétrospectif sur cet attribut controversé de la féminité. La jupe : symbole d’oppression ou d’émancipation ?

Une émission animée par Audrey Enet et Guillaume Mézières, avec la participation de Geoffroy Botoyiye, de Camille Pollet et de Claire Sizorn, dirigée par Guillaume Mézières.

Illustration : Un baiser sans moustache
Crédit Image : @Stephane Pauvret

Articles associés