Peut-on être féministe et aimer le rap ?

© Clack / David Gallard / Hip Opsession

Les rappeurs – mis sous le feu des projecteurs médiatiques – font rarement office d’exemples à suivre pour la jeunesse, en particulier lorsqu’il s’agit de qualifier les rapports hommes-femmes.

En France comme ailleurs, nombre de préjugés restent ancrés dans l’inconscient collectif, et nombre d’inégalités demeurent. Et sur le plan artistique, force est de constater qu’aujourd’hui encore, il est vendeur de dénigrer la moitié de l’humanité.

Dans un monde emprunt de clichés sexistes, peut-il y avoir une place pour les femmes – et pour le féminisme – dans le rap ? C’est le thème de cette nouvelle émission du Labo des savoirs, élaborée dans le cadre du festival Hip Opsession, qui se tiendra à Nantes, du 16 février au 4 mars…

Crédits

Une émission préparée et animée par Agathe Petit, avec Pauline Verbaenen, Angélique Jolbi, Maxime Devige et Marion Tournemine. Réalisation : Cathy Dogon.

Invités

Cécile Unia, aka Pumpkin, rappeuse nantaise,

Claire Lesacher, enseignante-chercheuse en science du langage à l’Université Rennes 2, elle a rédigé une thèse sur le rap et les femmes, analyse qui portait sur la France et le Canada,

Ben l’oncle rap, rappeur dunkerquois,

Nicolas Reverdito, directeur et co-fondateur du festival Hip Opsession.

Musique

Pumpkin – Mademoiselle

KT Gorik – Pas la peine

Princess Nokia – Tomboy

Casey – Dans nos histoire

Médine – A l’ombre du mâle