Le temps de Noël

Marie Jamon

Fonctionnement opaque de la maison Noël, révélations sur les méthodes de fabrication des cadeaux,  mystérieuse disparition du « Père » le fondateur de la maison : en quelques jours, tout a éclaté et l’histoire s’est jetée à la une de l’actualité avec les excès que l’on connait à ces euphories médiatiques.

En l’espace de quelques heures, les journalistes ont exploré tous les angles d’attaques sur « l’Affaire Noël » mais une question reste posée : « va-t-il y avoir une distribution des cadeaux cette année ? »

A l’évidence, oui. Dans les ateliers de Noël, les lutins se sont organisés pour assurer la célèbre et très attendue livraison et Théorème Services a été réquisitionné pour en contrôler l’exécution.
En fait de contrôle, Markov et Sophia ont fort à faire. Entre la révision de tous les listings, la résolution d’une grève des lutins imprimeurs et la suppression de tous les cadeaux portant des traces de bisphénol A, les deux comparses n’ont guère trouvé le temps de réfléchir à une question d’importance : en l’absence du Père Noël, qui livrera les cadeaux ?

Les ex-directeurs – injoignables pour cause de procès à retentissement mondial – avaient prévu de sous-traiter cette livraison à des sociétés privées et se servaient de l’argent produit par leurs nombreuses activités « extra-hivernales » pour en assumer la facture.

C’est désormais impossible, Sophia et Markov sont là pour redonner à Noël son fonctionnement « traditionnel ». La livraison sera faite « à l’ancienne » avec rennes et traineau, par les cheminées ou autres orifices immobiliers.

Pour remplacer le Père Noël au pied levé, Théorème Services ne peut mettre en place un recrutement standard, c’est en interne qu’il faut aller chercher son remplaçant. Rien à faire côté lutins, aucun d’entre eux n’oserait pareille responsabilité.

Le panorama des possibles est donc vite fait et Markov trouve amusant l’idée de remplacer le Père Noël. Sophia pas du tout. Sur une feuille, elle a posé les termes de l’équation « Père Noël ».
Pour assurer la fameuse livraison il faut une hotte capable de porter des cadeaux pour quelques 378 millions d’enfants, un traineau d’une vitesse moyenne de 1630km/s, sans parler du bilan énergétique de la livraison, équivalent à 9 millions de bombes atomiques.

Markov, lui, essaye déjà son nouvel uniforme et se demande s’il ne préfèrera pas le bouc à la traditionnelle barbe blanche, « c’est plus moderne » et s’interroge aussi sur la possibilité de garder son costume propre après quelques descentes en cheminée.

« Pas quelques, 108 millions » car Sophia commence à percevoir l’exploit physique réalisé chaque année. En une nuit, une nuit de 31 heures si l’on exploite bien les fuseaux horaires en voyageant d’Est en Ouest, le Père Noël livre des cadeaux dans 108 millions de foyers. Markov a-t-il une idée du nombre de maisons par secondes que cela représente ?

Markov adore les maths alors quand il se concentre il calcule vite et bien. Pour bien faire la livraison du 24, il va falloir aller vite, très vite…

Question : combien de maison le Père Noël doit-il livrer en une seconde ? De combien de temps dispose-t-il dans chaque maison pour arrêter son traineau, en descendre, récupérer les cadeaux, monter sur le toit, descendre par la cheminée, poser le bon cadeau devant la bonne pantoufle et refaire le chemin en sens inverse ?

Résumé de l’énigme :

108 millions de cheminées à descendre en une nuit de 31 heures.

Combien de maisons le Père Noël doit-il livrer en 1 seconde ?

Combien de temps dispose-t-il dans chaque maison ?

Crédits

Texte : Guillaume Mézières
Illustration : Marie Jamon