[REVUE DE PRESSE] Des fourmis, un antidote contre le monoxyde de carbonne et des voitures volantes dans l’actu

image

revue-de-presse2

Avec ce froid hivernal, va-t-on perdre le nord ? Pour les fourmis, pas de soucis, avec leur GPS intégré elles retrouvent toujours leur chemin. En attendant pour vous réchauffer, comptez sur votre chaudière, mais attention au monoxyde de carbone qui peut en émaner… On décortique l’actu scientifique du mois de janvier au Labo.

Tous les mois, retrouvez les principales infos scientifiques dans la revue de presse du Labo.

DES FOURMIS AVEC GPS INTÉGRÉ

fourmis 2Voici une étude à vous donner le tournis. Les fourmis sont capables de se repérer quelque soit l’orientation de leur corps. Cette étude, menée par une équipe internationale, montrent que les fourmis ont un sens de l’orientation très développé, malgré leur petite tête.

Les chercheurs ont mené des expériences avec les fourmis de l’espèce Cataglyphis velox. Ils ont tracé une route, comprenant un virage à 90°, et l’ont fait emprunté aux fourmis dans différentes conditions : sans rien à transporter, avec un petit bout de cookie et enfin avec un gros bout de cookie.

Les résultats de l’étude indiquent que les fourmis utilisent plusieurs compétences cognitives pour trouver leur chemin : mémorisation du cookie, mémorisation visuelle de la route et mémorisation d’une nouvelle destination.

LIRE PLUS

Oubliez le compteur Geiger, Détectez la radioactivité avec votre Smartphone !

Tchernobyl, Fukushima, déchets nucléaires… Voilà des sujets qui font peur. Ou plutôt, la radioactivité et ses effets font peur.

La radioactivité, aussi bien artificielle que naturelle, est invisible à l’œil. Pour la détecter il faut des machines, que l’on trouve dans des laboratoires. Une start-up a donc décidé de créer un petit appareil, accessible à tous, qui peut détecter tous les types de radioactivité. Les résultats se lisent sur un smartphone, connecté à l’appareil. Vous pouvez donc cartographier la radioactivité de votre environnement, et vous prémunir de ses effets.

La start-up propose cet appareil avec le slogan « reprenez le contrôle ». Elle devrait produire dans l’avenir des appareils de mesure d’autres nuisances environnementales comme les ondes électromagnétiques, l’amiante…

► L’avis nantais : Patrick Chardon, directeur du réseau Becquerel et physicien, croit en l’intérêt de ce projet d’un point de vue individuel et plus globalement pour la recherche.

LIRE PLUS

STOP À LA CIGARETTE ! SAUF POUR LES SCHIZOPHRÈNES…

cigarette fumanteDans la fumée de cigarette, il y a de nombreuses substances dangereuses pour la santé. Mais il y a aussi de la nicotine. Celle-ci est un stimulant, responsable de la dépendance.

Certaines études montrent une forte dépendance à la nicotine chez des patients atteint de schizophrénie. Ce tabagisme est perçu comme de l’automédication. Mais pourquoi, et comment agit cette molécule sur leur cerveau ?

C’est l’étude qui a été menée par les chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS, de l’Inserm et de l’ENS, et qui est parue dans Nature Medicine le 23 janvier 2017.

Selon cette étude, « l’administration répétée de nicotine rétabli une activité normale du cortex préfrontal et laisse présager une possible cible thérapeutique pour le traitement de la schizophrénie ».

LIRE PLUS ICI OU

UN ANTIDOTE AU MONOXYDE DE CARBONE

Par ce froid, les chaudières fonctionnent à plein régime. Si celles-ci sont défaillantes, elles produisent du monoxyde de carbone, un gaz qui peut être mortel.

Quand il est respiré, le monoxyde de carbone, CO, s’agglutine à l’hémoglobine, à la place du dioxygène, O2, ce qui empêche le bon transport de l’oxygène dans le sang. Ce manque d’oxygène, aussi appelé hypoxie, peut entraîner la mort.

Les chercheurs de l’équipe d’Ivan Azarov, de l’université de Pittsburgh, aux États-Unis, ont dévoilé au grand jour ce mois-ci une protéine capable de capter le monoxyde de carbone dans le sang. Cette protéine, appartenant à la famille des globines, est appelée « H64Q-CCC ».

Il reste de nombreuses étapes à mettre en place avant que cet antidote puisse être utilisé chez l’Homme, néanmoins cela pourrait sauver de nombreuses vies.

LIRE PLUS

LES TRANSPORTS DE DEMAIN SELON AIRBUS

 © Airbus, projet de voiture volante

© Airbus, projet de voiture volante

Les pics de pollution s’enchaînent ces derniers temps en France. Mais quelles sont les solutions pour demain ? Quels types de transports doivent être développés ? Airbus y a pensé, et son projet a été mis en ligne.

Ce projet est organisé en trois grandes parties et l’une d’elles consiste au développement de voitures volantes. Le constructeur aéronautique travaille sur une voiture autonome volante, dont le nom est Vahana.

Les tests de vols du prototype sont prévus pour fin 2017. Le plus gros problème réside dans la technologie « de détection et d’évitement », une technologie qui aujourd’hui n’a pas encore été assez éprouvée.

Cette voiture volante sera intégrée à tout un écosystème pensé et imaginé par Airbus. Néanmoins il faut rappeler qu’aujourd’hui aucun pays n’autorise le survol des zones urbaines par des objets volants autonomes, ne seraient-ce que des drones.

LIRE PLUS ICI OU