Sur le pont

Marie Jamon

A supposer que vous ayez suivi l’épisode précédent de ce Calendrier de l’Avent des Maths, vous savez maintenant que Sophia et Markov sont bel et bien au cœur d’un polar de Noël dont la conclusion est proche (mais ça, il suffit de regarder un calendrier pour s’en rendre compte).
Après avoir procédé à l’arrestation de M. Kerviof, de Mme Neuillysot et de M. Badebourg, Markov et Sophia se sont mis en route vers un aérodrome où un avion les conduira au tribunal de commerce international.  Là-bas seront tirées au clair la gestion mafieuse et les activités illégales de la Noël SA, ce qui n’est pas du ressort de Théorème Services.
Nos deux enquêteurs ont un problème plus urgent à régler. Dans l’épisode précédent, vous aurez compris par quel biais logique Sophia et Markov sont parvenus à faire traverser une rivière à leur petite bande.
Désormais, ce problème se présente sous la forme d’un pont.
A bord d’un camion emprunté, Sophia et Markov ont chargé leurs prises. Quelques dizaines de kilomètres les séparent encore de leur destination. 20 km exactement, la taille du pont qu’il leur reste à franchir.
La difficulté vient du pont lui-même. Construit et inauguré il y a peu, l’ouvrage est l’objet de nombreuses critiques. « Agression architecturale » pour les uns, « Tartare des finances publiques » pour les autres, le pont suscite néanmoins l’unanimité sur un point : sa haute qualité environnementale.
C’est l’architecte Spilate qui a bâti ce projet audacieux de pont à haubans entièrement construit avec des emballages  recyclés. Surnommé, le « Niemeyer du tri sélectif », Spilate est connu pour ses grandes réalisations, citons en exemple la célèbre statue du Tigre en Papier recyclé et le nouveau siège de l’Agence International de l’Energie Atomique, construit dans un complexe et mystérieux assemblage de déchets industriels.
Le Pont Spilate est la dernière œuvre du « Salomon du bilan Carbone », à la fois la plus audacieuse et la moins rationnelle de sa carrière. De fait, ce beau projet ne peut supporter un poids supérieur à trois tonnes et sur le pont, le trafic routier tend à l’inexistence.
Pressé par l’urgence de leur mission, Markov et Sophia ont tout de même décidé de l’emprunter. Avant d’y poser une roue, les enquêteurs font le point sur le poids de leur véhicule.
Les autorités publiques ont aménagés aux usagers du Pont Spilate un espace de pesage où les véhicules doivent impérativement se présenter. Sophia et Markov s’y engagent et découvrent avec appréhension que leur véhicule, chargé des trois têtes dirigeantes et bâillonnées de l’entreprise Noël, pèse exactement 3 tonnes.
Feu vert pour le passage. 20 kilomètres de route sur le pont et c’est l’arrivée à l’aérodrome, leur porte de sortie.
Markov et Sophia s’engagent sur l’ouvrage, de tristes pensées les accompagnent. 1 km, puis 5, le pont tient bon et à bord du camion la tension se relâche ; on commence à trouver du charme au paysage.
Par bravade à cette angoisse qui lui fait un peu honte, Sophia décide de stopper le véhicule pour admirer la beauté du monde. La mer est infinie, les montagnes sont majestueuses, l’oiseau vole près, très près et finit par ne plus voler du tout lorsqu’il se pose sur leur capot.

En moins d’une seconde, Sophia et Markov évaluent le beau poids de l’animal et en tirent les conclusions logiques. Mais quelques longues secondes plus tard, une autre conclusion s’impose : le pont est toujours là, la mer est toujours belle et l’équipe de Théorème Services est encore vivante.
Question : pourquoi ?

Résumé :

Un pont de 20 km ne peut supporter plus de 3 tonnes. 3 tonnes c’est le poids total avec charge du camion de Sophia et Markov. Arrivés au milieu du pont, un oiseau vient se poser sur le véhicule et pourtant, le pont ne s’écroule pas. Pourquoi ?

Crédits

Texte : Guillaume Mézières
Illustration : Marie Jamon