Expédition Dschang : les pieds dans l’eau

JOUR 5 !

Nous sommes directement allé·es observer les oiseaux et capturer les libellules.

Pour capturer les libellules nous avons utilisé les waders ( Oya, Loïsa et Salomé ). Une fois équipé·es avec ces cuissardes, nous sommes parti·es explorer les roseaux à la recherche de libellules pendant que les autres étaient sur la rive pour observer les oiseaux.
C’était assez difficile d’avancer dans l’eau, on avait l’impression de marcher sur la lune! Il y a tellement de couleurs différentes pour les libellules, c’est impressionnant. Nous avons capturé environ 15 libellules sur ce site, puis nous avons changé d’endroit.

Nous sommes allé·es dans les marais au fond du lac. Toujours avec nos waders. Les herbes étaient aussi hautes que nous ! Nous avons traversé un petit ruisseau grâce à une planche pas très stable, pour atterrir dans un champs où nous avons capturé une nouvelle espèce de libellule avec des ailes noires.

Les personnes qui étaient sur les rives observaient toujours les oiseaux. Certains oiseaux sont casse-pieds, ils piaillent et se cachent, ce qui agace notre ornithologue, plus ou moins patient… Pourtant, pour le moment, nous avons identifié 37 espèces d’oiseaux différentes.

Ensuite nous sommes tou·tes parti·es devant le Musée des civilisations où nous nous sommes concentré·es sur les libellules.

Deux enfants se sont intéressés à nous : après leur avoir donné quelques explications, ils nous ont aidés à capturer des libellules. Ils ont d’ailleurs réussi à en attraper une que nous avions du mal à capturer. Tony a réussi à attraper une libellule de 15 centimètre, une Anax Imperator.

L’après-midi nous devions chasser les libellules sur un site où il y a une grande population de moustique, mais c’était apparemment trop risqué donc nous avons visité un centre de compostage. C’était très intéressant !
Nous avons ensuite visité l’Université de Dschang, où des stagiaires de l’office du tourisme nous on rejoint, puis une ferme rattachée à l’université.

Le soir nous nous sommes couchés assez tard, vers 23 heures, après avoir fait une mise en commun des espèces d’oiseaux observées.

Articles associés