Capsules de science

Avec toutes ses nageoires et son squelette si spécial, le cœlacanthe est un gros poisson des profondeurs à la nage unique. Mais il est surtout le dernier représentant d’une famille que l’on a cru éteinte entre la découverte du premier fossile en 1832 et la découverte d’un spécimen bien vivant en 1938.
L’analyse de son mouvement et de son anatomie nous permettra peut-être d’avoir une idée plus claire des prérequis ayant permis à certains vertébrés de sortir des eaux pour coloniser les terres immergées.

Pour nous en parler, Maxime Labat a joint Rohan Mansuit, doctorant au Muséum d’histoire naturelle de Paris dans le Laboratoire Mécanismes adaptatifs et évolution (MECADEV). Le dernier représentant des Coelacanthiformes, une famille qui remonte au Dévonien, est d’une importance capitale pour la biologie évolutive et la paléontologie.

Quels sont les prérequis physiques et psychiques nécessaires au développement de l’écriture chez les jeunes enfants ? C’est la question que se pose Ana Phelippeau, doctorante au Muséum d’histoire naturelle de Paris dans le laboratoire Mécanismes adaptatifs et évolution (MECADEV), interviewée par Maxime Labat en plein confinement.

L’écriture est étudiée dans cette thèse comme une capacité naturelle unique, présente chez une espèce animale, Homo Sapiens, impliquant le développement du cerveau mais aussi et surtout le développement des capacités motrices de la main.

Pour maintenir le niveau de production de la viande la plus consommée de France, il est important de lutter contre les maladies respiratoires pouvant se propager dans les élevages porcins. Georges Saade, doctorant en virologie et immunologie porcine dans l’unité de recherche Bioepar (INRAE/Oniris), nous explique comment deux virus peuvent s’influencer l’un l’autre lorsqu’ils infectent successivement le même animal.

Une compréhension nécessaire à la mise en place de stratégies de vaccination efficaces, grâce à cette interview par Hélène Cecilia

Pour les ornithologues, spécialistes des oiseaux tropicaux, l’Hoazin est une bizarrerie archaïque. Pour les biologistes évolutionnistes, c’est un trésor, une icône ! Qui sont ces plus proches cousins ? Et donc où trouve-t-il sa place dans l’arbre phylogénétique ? Quel est l’impact de ces spécificités physiques sur sa capacité à voler ? Malgré l’immense collection d’animaux empaillés et de squelettes disponibles au Muséum national, très peu d’Hoazin naturalisés sont disponibles et de nombreuses zones d’ombre planent encore sur cette vache volante, seul oiseau ruminant au monde.

Pour vous en parler, Maxime Labat a joint Fanny Pages qui vient de présenter sa thèse au laboratoire Mécanismes adaptatifs et évolution (MECADEV) du Muséum d’histoire naturelle de Paris, très attendu par la communauté scientifique.

Les Diatomées sont des micro algues et pourtant, ce ne sont pas des plantes. Elles sont microscopiques et pourtant visibles depuis l’espace. Organismes unicellulaires, elles se divisent sans cesse malgré leur squelette externe en verre.Vous leur devez un quart de l’oxygène que vous respirez mais personne ne vous en a jamais parlé.

Pour réparer cet oubli de taille, Maxime Labat est allé interviewer Vona Méléder, Chercheuse à l’université de Nantes dans le laboratoire Mer, Molécule, Santé. Alors enfilez vos plus belles bottes et partons à la découverte des écosystèmes qui se cachent dans la vase !

En 2019, l’exposition « Scientifiction », au Musée des arts et métiers à Paris, plongeait le public dans l’univers empreint de science et de technologie des héros d’Edgar P. Jacobs. Et pour cause ! Qu’il s’agisse de l’avion supersonique jaillissant de la mer dans Le Secret de l’Espadon, de l’onde Méga qui contrôle l’esprit dans La Marque jaune, ou encore du réseau Cirrus qui fait la pluie et le beau temps dans SOS Météores : la science jalonne l’œuvre du belge et contemporain d’Hergé…

Retour succin sur une marotte moderne et sur le personnage qui l’incarne : l’incomparable professeur Mortimer !
Une capsule de science imaginée et préparée par Agathe Petit, avec Erwan Ruaud.


« Blake et Mortimer » est une série télévisée d’animation franco-canado-belge en treize épisodes de 45 minutes (ou 26 épisodes de 22 minutes), créée d’après la série de bande dessinée éponyme d’Edgar P.Jacobs par les studios Ellipse et Cactus Animation, produite par Dargaud Films, Canal+, France 3 et M6. © Cactus Animation, Canal+, Ellipsanime, France 3, M6, Dargaud Marina. 
Musique : Tristan Lohengrin – Time_of_solitude

Le ciseau moléculaire Crispr-Cas9 continue de se rendre utile ! Aujourd’hui, ce sont les céphalopodes chers à notre Valentin Brochet qui en profitent ! Mathieu Renard, doctorant à l’institut Max Planck de Franfort utilise Crispr-Cas9 comme un outil de développement génétique pour étudier l’activité neuronale de ses céphalopodes. Comment ? Ecoutez donc son interview !

Pour aller plus loin

La chaine du Dr Nemo
L’intelligence des céphalopodes – émission du 19 février 2020

C’était la grande question posée par Mathieu Rouault, journaliste et fondateur de GrandLabo lors d’un débat sur Youtube le 28 mars 2020. Ses invité.e.s étaient trois journalistes scientifiques :

  • Florian Gouthière, journaliste pour Checknews, le service de factchecking du journal Libération et animateur très prolifique du blog Curiologie
  • Sylvestre Huet, indépendant et rédacteur du blog Sciences² hébergé par lemonde.fr
  • Cécile Thibert, journaliste du service Sciences et Médecine du journal Le Figaro

Jérémy Freixas nous livre un décryptage en mots et en images de cette question d’actualité.

Lire l’article

 Une fourmi, ça pique ! Saviez-vous que plusieurs espèces de fourmis peuvent produire du venin ? Ce dernier pourrait nous être plus utile qu’on ne le croit… Steven Ascoët est doctorant à l’université Champollion à Albi et tente de valoriser certains composés de ces venins pour des applications en santé ou dans l’agroalimentaire. Vous avez dit bio-mimétisme ?

Article complémentaire : Jeunes & Sciences… & Société #6 : Les embryons génétiquement modifiés