Alzheimer, quel(s) gène(s) ?

Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui touche près de 900 000 personnes en France. Afin de pouvoir mettre au point des traitements efficaces, il faut tout d’abord mieux en comprendre les causes. Sur ce point, la génétique a peut-être quelques éléments de réponses à nous apporter…

Une chronique de Solenne Lhéritier

Lire la chronique

Quand Alzheimer est diagnostiqué avant 50 ans, les études ont tendance à montrer le caractère génétique de la maladie. Trois gènes ont d’ailleurs déjà été identifiés aux doux noms de : PSEN1, PSEN2 et APP. Ils sont tous les trois localisés sur des chromosomes différents, à savoir sur le chromosome 14, 1 et 21. Ces gènes sont liés à la production des protéines β-amyloïdes. Celles-ci peuvent se retrouver en grande quantité à l’extérieur des neurones. Dans ce cas, on parle alors tout simplement de plaques amyloïdes ou encore de plaques séniles. L’apparition de ces plaques active les cellules immunitaires et inflammatoires du cerveau qui ne sont autres que les cellules dites microgliales. Seulement, à un certain stade de la maladie, cette réponse immunitaire aurait tendance à s’emballer et venir aggraver la dégénérescence du système nerveux. Cette dernière, comme on le sait va alors avoir des conséquences sur les facultés cognitives. La majorité des mutations identifiées à ce jour sur ces trois gènes, serait impliquée dans le développement précoce de la maladie chez des personnes ayant des antécédents familiaux ou non.

J’en profite pour préciser qu’une forme héréditaire de la maladie d’Alzheimer est extrêmement rare. Un parent porteur d’une anomalie génétique d’Alzheimer a certes une chance sur deux de la donner à ses enfants. Il transmettra en effet soit le gène sans la mutation et la maladie ne se développera pas, soit le gène muté. Dans ce dernier cas, les premiers symptômes de la maladie apparaitront à l’âge adulte avant les 65 ans de l’individu. Comme je l’ai dit plus tôt, les trois gènes dont il est question ne sont pas situés sur les chromosomes X ou Y. La maladie pourra donc affecter aussi bien les femmes que les hommes. Dans ce contexte, certains membres majeurs d’une famille, où la maladie se rencontre à chaque génération, choisissent d’ailleurs de faire étudier leurs génomes, cela afin de détecter éventuellement le plus tôt possible cette maladie, et ainsi pouvoir mieux la prendre en charge. Mais, il faut savoir que seulement 0,1% de tous les patients touchés par Alzheimer ont un parent présentant une des anomalies dans leur génome.

Jusqu’à maintenant, j’ai parlé de facteur génétique dans l’apparition précoce d’Alzheimer. Pour autant, il semblerait que la génétique ait également une influence pour les formes tardives de cette maladie. Le Pr Alexis Brice de l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière et le Pr Harald Hampel de l’Université Pierre et Marie Curie à Paris, ont participé à une étude internationale qui visait à comparer l’ADN de dizaines de milliers d’individus touchés par la maladie d’Alzheimer avec des individus sains de la même tranche d’âge. De nouveaux gènes à risque auraient alors été identifiés. Ils apparaitraient particulièrement exprimés au sein des cellules microgliales, dont nous avons déjà parlé précédemment. Les gènes concernés seraient ceux à l’origine de l’enzyme PLCG2, la protéine ABI 3 et la protéine membranaire TREM2 qui intervient dans l’élimination des débris neuronaux. Cette découverte impliquerait donc la possibilité de mettre en place de futurs traitements qui cibleraient ces gènes.

Les causes d’Alzheimer sont complexes et sont probablement à rechercher du côté de la génétique, car intimement liées à un réseau de gènes et de protéines, qui serait impliqué dans le développement de cette maladie neurodégénérative. Mais les facteurs de risque environnementaux sont aussi importants à considérer.

Sources

  • https://icm-institute.org/fr/actualite/deux-nouveaux-genes-associes-risque-de-developper-maladie-dalzheimer/
  • https://icm-institute.org/fr/actualite/maladie-dalzheimer-identification-du-role-protecteur-precoce-du-systeme-immunitaire/
  • https://icm-institute.org/fr/actualite/etude-mutations-formes-precoces-de-maladie-dalzheimer/
  • http://www.alzheimer-genetique.fr
    https://www.frm.org/alzheimer/immunotherapie-alzheimer.html
  • http://campus.cerimes.fr/genetique-medicale/enseignement/genetique26/site/html/1.html