Etat islamique : la tentation du mythe

En juin 2014, l’État islamique proclame le rétablissement du Califat sur un territoire dont il a pris le contrôle en Irak et en Syrie.

Avec cette annonce, Abou Bakr al-Baghdadi et ses hommes, convoquent des références médiévales et mobilisent un imaginaire issu de l’Islam des origines. Comment analyser ce phénomène ? Sur quels fondements politiques ou religieux les jihadistes s’appuient-ils ? Comment comprendre les exactions commises sur les minorités religieuses de la région ?

Questions posées à François Burgat, directeur de recherche à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM). Le politologue revient pour nous sur l’usage des concepts de « Jihad » et de « Califat ».

Pour appréhender la question, il distingue notamment ce qui relève du mythe et de la réalité. Battant en brèche, une lecture ethno-confessionnelle du phénomène, le chercheur s’attache à introduire une analyse politique et sociologique des forces en présence.

Pour François Burgat, un « jihadiste, ça se fabrique ».

Crédits

Une interview de Valérie Fourgassié.