Le ventre, notre deuxième cerveau ?

Suite au documentaire de Cécile Denjean « Le ventre, notre deuxième cerveau », de nombreuses idées nouvelles sur le ventre se font connaître : le ventre serait-il un acteur de premier plan dans le contrôle de nos émotions ?

L’intestin est sûrement l’organe le plus complexe. ce long tube de 7 à 8 mètres est constitué de cellules musculaires pour favoriser le transport des aliments mais aussi d’une centaine de millions de neurones pour communiquer notre cerveau, mais aussi moduler nos émotions.

Alors centre de toutes nos émotions, pas vraiment. Mais ce qui est certain, c’est que dans notre ventre peut se trouver l’origine de certaines maladies du système nerveux central, notamment dans le cas de la maladie de Parkinson. On trouve, en effet, les mêmes atteintes dans notre intestin que dans notre substance noire, une partie du cerveau qui sécrète la dopamine, le neurotransmetteur qui permet de réguler nos mouvements.

Et, encore plus intéressant, les troubles digestifs apparaissent avant les troubles moteurs de la maladie. « Si on est capable de détecter par avance de détecter les lésions du système nerveux entérique, on pourrait l’utiliser comme moyen prédictif de diagnostic précoce de la maladie de Parkinson et donc développer des approches thérapeutiques plus efficaces» In gut, we trust !

Bien avant le documentaire, l’INSERM U913 de l’Institut des maladies de l’appareil digestif du CHU de Nantes se penchait et se penche encore sur ce sujet d’étude. Michel Neunlist, directeur de l’unité nous éclaire.

Le site de l’IMAD, l’Institut des Maladies de l’Appareil Digestif : ici

FÊTE DE LA SCIENCE

Retrouvez l’INSERM U913 à la Fête de la Science du vendredi 9 au vendredi 11 octobre place du Bouffay avec des animations autour de l’intestin pour les grands et les petits. Des quizz, des puzzles et l’occasion de gagner de supers goodies.

CREDITS

Une interview de Sophie Appenzeller.

Crédit photo : système nerveux entérique d’une souris, Maxime Mahé, Inserm U913.