Le mythe de la Terre plate

Une chronique de Vassili Moreau

Origines du mythe

Depuis toujours, les humains ont tenté d’imaginer à quoi ressemblait la Terre. Quelle est cette étrange chose sur laquelle pousse les arbres, coulent les rivières et nous empêche de nous envoler? C’est ainsi qu’on a eu tout pleins de mythes de la création aussi divers que variés. Pour beaucoup de peuples, leur vision de la Terre se contentait d’inclure les territoires qu’ils connaissaient. Et d’instinct, on peut se dire que si on marche sur un sol apparemment plat, c’est que tout le reste du monde est plat. D’un autre côté cela n’a pas empêché d’autres, de déduire que si la lune et le soleil sont ronds, c’est que la Terre aussi doit être ronde. Mais rien de scientifique jusqu’à présent.

À la recherche de la vérité

Notre intellect nous a fait poser ces questions de la forme du monde, mais il nous a également permis de trouver le moyen de la vérifier. C’est ce qu’on appelle la Géodésie :  l’étude de la taille et de la forme de la Terre. Un des ancêtres de cette discipline est un grec, Ératosthène. Lui même s’est basé sur des prédécesseurs comme Platon, Aristote ou Pythagore. Son exploit, au 2ème siècle avant Jesus Christ, par la géométrie, fut de calculer le rayon de la Terre et donc, sa circonférence. Franchement, bien joué, le gars il a juste planté des bâtons dans le désert et avec l’ombre portée du soleil il est arrivé avec un résultat de 39 375km alors qu’en vérité c’est 40 000 et des brouettes. J’aurais pas fait mieux.

Malgré les avancées en mathématiques et astronomie au fil des siècles, l’idée d’une Terre plate persiste, notamment dans l’Europe médiévale. Contredire ce fait biblique est une hérésie punissable de mort. C’est d’ailleurs le sort de Nicolas Copernic* qui définit que la Terre tourne sur elle même, autour du soleil. Avec le temps, la science et la société sont passées au modèle sphérique de la Terre, mais le mythe n’a pas disparu pour autant.

Un mythe toujours d’actualité

Bien que nous ayons les preuves mathématiques, physiques et même photographiques de la sphéricité de notre planète, le mythe reste tenace. Alors pour ceux qui ont du mal à imaginer la Terre plate, pensez à une carte du monde, un planisphère, posé sur une pizza. Au centre, nous avons l’équivalent du pôle nord, l’arctique. tandis que de le pôle sud lui est le contour. D’ailleurs pour les croyants de la Terre plate la calotte glaciaire antarctique forme une grande barrière de glace sur les contours du disque-monde pour empêcher l’eau des océans de couler. Au dessus de ce disque, une sorte de dôme, certains font l’analogie avec une cloche à fromage, dans lequel tous les astres tournent au dessus. Je vous vois déjà grimacer et vous poser des questions : “comment expliquer le jour et la nuit ou les cycles lunaires”… taratata ! Ils ont réponse à tout.

Les “platistes” comme on les appelle sur internet, ne se contentent pas de croire en une simple vue de l’esprit. Eux, ils confrontent la science, ils fabriquent LEUR preuves et se voient comme les Copernic du 21ème siècle ! Attention, ils ne sont pas tous à mettre dans le même panier, car il y a des divergences allant des croyances ésotériques au complot mondial incluant des extraterrestres ou encore des interprétations coraniques alambiquées. Selon eux, la science et la technique moderne nous mentent. Alors ils tentent d’expliquer le monde par d’autres moyens…ça tombe bien car c’est à ça que servent les mythes.

* Erratum: Confusion entre Nicolas Copernic (qui n’a pas été inquiété pour ses recherches), Galilée ayant été condamné à l’abjuration et à la prison (la peine fût réduite en résidence surveillée, par le pape Urbain VIII) et Giordano Bruno, philosophe ayant proposé l’infinité de l’univers et l’existence d’autres mondes, condamné au bûché par l’inquisition pour divers motifs d’hérésie.