Portrait – Marie-Sophie Germain, l’autodidacte rusée

Marie-Sophie Germain naît en 1776 à Paris. Dans un monde où les sciences sont un domaine réservé exclusivement aux hommes, c’est grâce à sa détermination et à son esprit habile qu’elle réussira à acquérir des connaissances et à propager ses brillantes idées. Par de fins stratagèmes, elle bravera les interdits familiaux, les conventions sociales, le tout avec la réserve et la retenue d’une grande dame. En se faisant passer pour un homme, elle parviendra d’abord à entretenir des relations épistolaires avec les plus grands noms des mathématiques de l’époque : Gauss, Fourier, Lagrange, etc. Elle gagne finalement l’intérêt, la confiance et la sympathie de ceux-là, ou bien l’antipathie et le rejet des autres, misogynes.

Elle a notamment réalisé des travaux sur l’élasticité des corps et développé un théorème d’arithmétique à son nom. Malgré les difficultés de l’époque et le manque de reconnaissance de ses pairs, son génie est aujourd’hui reconnu. Elle incarne la volonté de vivre sa passion envers et contre tout, grâce à son intelligence. Ce portrait tente humblement de lui rendre nouvel hommage.

Crédits

Écriture : Émilie Bosc
Montage : Claire Sizorn
Voix : Amélie Foucoin, Maxime Deviges, Maxime Labat, Thibaut Poncin et Adrien Meignan

Articles associés