Reportage gynécologique au plus près du clitoris des hyènes

Maxime Labat, reporter de terrain du Labo des savoirs, est parti enquêter dans le sud est africain, au cœur de la savane, sur les hyènes tachetées et leurs clitoris géants.

Le monde ne le sait que trop peu, mais les hyènes prospèrent dans une société matriarcale où les mâles sont maltraités. Les femelles, elles, arborent des clitoris de 30 cm de long.

Longtemps prises pour des hermaphrodites, les hyènes femelles sont en fait soumises à un très fort taux de testostérone… ce qui à deux conséquences principales : l’hypertrophie de leur clitoris – très handicapant pour l’accouchement (car oui, les hyènes accouche par le clitoris) – et un comportement extrêmement agressif, permettant de faire fasse à la concurrence des lions, guépards, vautours et crocodiles du Nil.

Le caractère aberrant du clitoris géant, bien que désavantageux, perdure donc jusqu’à nos jours et les hyènes continuent à pouvoir manger 14 kg de viande par repas.