Chroniques morbides – magazine de mai

Combien de fois a-t-on pu admirer le brillant jeu des acteurs quand il s’agit de jouer la mort ? Un coup de feu, des cris qui n’en finissent plus et un corps qui tombe. Voilà comment nous voyons la mort à travers les films. Mais ne serait-ce pas nous fausser notre vision ? Quand peut-on réellement considérer un individu mort ?

La définition de la mort évolue constamment. Après l’arrêt de la respiration, puis la cessation des battements du cœur, est apparu le critère de mort cérébrale. De sorte que l’on distingue aujourd’hui plusieurs types de mort : clinique, cérébrale, biologique… Dans le cas de la mort cérébrale, il y a arrêt des activités électriques du cerveau, mais le corps peut continuer à vivre (par maintien artificiel des battements du cœur).

La mort est un terrain de recherche passionnant, sur lequel s’aventurent médecins mais aussi philosophes., sociologues. Mais pour cette émission, Le Labo des savoirs se cantonnera à l’aspect biologique de la mort, aux causes et effets purement physiques.

CHRONIQUES

– « Rigidité cadavérique et fermentation butyrique » de Sarah-Louise Filleux
– « Une mort de haut vol » de Vassili Moreau-Miossec et Thibaud Poncin
– « Les effets de la radioactivité sur le corps humain » de Ludivine Vendé
– « Darwin Awards : les morts les plus ridicules » de Thomas Guyard
– « Les pires parasites du corps humain » de Pierre Charrier
– « Lobotomie et compagnie » de Mathilde Robert
– « Comment se débarrasser d’un corps ni vu ni connu ? » de Cassie-Marie Peigné

Crédits

Une émission animée par Sophie Appenzeller, avec la participation de Sarah-Louise xx, Vassili Moreau-Miossec, Thibaud Poncin, Ludivine Vendé, Thomas Guyard, Pierre Charrier, Mathilde Robert, Cassie-Marie Peigné et Claire Sizorn à la technique.