La science du froid

« Dans le monde du froid absolu, l’agitation et le bruits s’éteignent et on peut entendre le murmure de la nature ». Ce dont parle le physicien Eric Cornell c’est d’un froid qui dépasse de loin l’idée sensible que nous nous faisons des basses températures. Sur terre, le record de froid a été enregistré le 10 aout 2010 en Antarctique. Ce jour-là, le thermomètre est descendu à -93°. En physique, -93, c’est encore chaud…

-273,15° Celsius, voilà le le froid absolu. La physique est un monde de contraintes et de limites, il y a celle de la lumière, en voici une autre, celle des basses températures. Le but des scientifiques est de s’en approcher le plus possible.

Dans ces températures extrêmes, les propriétés de la matière deviennent très étranges… Imaginez des métaux qui perdent toute leur résistance au courant électrique, des fluides à la viscosité totalement nulle, qui s’écoulent sans aucun effort et remontent le long des parois qui les contiennent.

Proche du zéro absolu, la matière est dans tous ses états.

Invités

InvitFroidÉtienne Janod, physicien, chercheur à l’Institut des Matériaux Jean Rouxel.

Cyril Delacôte, enseignant-chercheur au laboratoire Ceisam de l’Université de Nantes.

Vincent Minier, astrophysicien et chercheur en épistémologie au CEA de Saclay.

Crédits

Une émission animée par Gwennaël Dufil et Guillaume Mézières, avec la participation de Cyprien Messin, Ludivine Vendée et Claire Sizorn.