Le mouvement est-il le miroir de l’âme ?

Pour le philosophe Gilles Deleuze, chaque geste est unique et ne peut être répliqué à l’identique…

C’est ce mouvement irréductible – dépendant à la fois de son auteur et d’un espace temps – que met en scène Rhizomes. Conçue par Élise Lerat, cette pièce compose un récit dansé et sensoriel où se rencontrent articulation physique et philosophique.

Dans Rhizomes, d’Elise Lerat, les interprètes agencent des trames de mouvements, de mots. Des récits se créent au rythme de ces séquences entrecoupés d’intervalles… Ces espaces, qui nous échappent, ouvrent la voie à tous les possibles. Rien n’est sous contrôle car rien, ou presque, n’est dicté à l’avance… Deleuze est toujours parmi nous…

La pièce est construite au travers de ces incertitudes, qui laissent au spectateur le choix de l’interprétation, comme une succession de fin alternatives.

Que signifient nos gestes ? Comment et à quel point nous définissent-ils ? Une émission du Labo des savoirs, ouverte au public dans le cadre du cycle Macro Ondes au Théâtre Universitaire de Nantes !

Crédits

Émission présentée par Agathe Petit avec Pauline Verbaenen et Cathy Dogon. Réalisation : Cathy Dogon.

Invités

Gaelle Ferré, linguiste à l’Université de Nantes, a travaillé sur la complémentarité geste/parole.

Elise Lerat, chorégraphe et aussi l’auteur de la pièce Rhizomes.

Anne Dubos, anthropologue à l’Université de Nantes, metteur en scène pour le théâtre.

Marc Gransard, metteur en scène et co-fondateur de Cinécréatis, école de cinéma à Nantes.

Musique

Lou Reed – « Vicious » – 1972 (2,52’)

Luis Amstrong – « West and blues » – 1928 (1,18’)