Les mémoires et l’Histoire

L’Histoire, l’étude et l’écriture du passé, est une science politique. Pour Enzo Traverso, elle est même un champ de bataille. Les historiens peuvent voir leur domaine envahi par une entité délicate : la mémoire.

Le passé fait l’objet d’affrontements, de récupérations, de concurrences. Le politique choisit ses commémorations et impose un devoir de mémoire, quand il ne décrète pas des lois mémorielles. Les porteurs d’une mémoire refusent l’oubli et se battent pour rappeler le passé à l’ordre. Les mémoires s’opposent.

Maintenir en mémoire une culture, une connaissance, un traumatisme est une chose salutaire pour la vie politique mais, là encore, ce n’est pas le rôle de l’histoire. Alors comment penser les relations entre les mémoires et l’histoire ? Comment peuvent-elles dialoguer ?

A partir de l’histoire et des politiques mémorielles nantaises, une classe préparatoire aux études supérieures du lycée Clemenceau à interroger la mise en mémoire de l’Histoire.

Invités

MichonGualdeGuilletBernard Michon, historien, maître de conférences à l’Université de Nantes, chercheur au CRHIA.

Krystel Gualdé, chargée de développement scientifique au musée d’histoire de Nantes.

Bertrand Guillet, directeur du château des Ducs de Bretagne et conservateur en chef du patrimoine.

Crédits

Une émission animée par Maël Guerant et Marion Lebot, avec la participation de Julie, Gwendoline, Manon, Lorie. Une émission préparée par Guillaume Mézières et Françoise Moreau.

Crédit photo : Anne-B.