L’hôpital sous hypnose

L’hypnose évoque les mondes du spectacle et du divertissement, celui de la psychanalyse aussi, alors comment l’associer à la froide et blanche rigueur d’un bloc opératoire ?

La médecine scientifique ne laisse guère de place aux aventures et au bricolage ; si l’hypnose a sa place à l’hôpital, c’est qu’elle marche et que l’on peut le vérifier, l’expérimenter. L’hypnose thérapeutique – l’hypnose ericksonienne – est bel et bien revenue sur le devant de la scène parce qu’il est maintenant question de ré humaniser la relation entre les patients et les médecins, alors que la médecine devient de plus en plus technique.

Dans l’approche ericksonnienne, c’est le patient qui est au centre et qui devient acteur de sa guérison. Cette pratique hypnotique ne dirige pas le patient, mais l’accompagne. Elle repose sur le postulat que l’inconscient est capable de mobiliser des ressources, susceptibles de conduire aux changements désirés, et a pour but d’amener conscient et inconscient à travailler ensemble.

Invité

Invit-hypno
Julien Betbeze, psychiatre, pédopsychiatre, psychothérapeute, Chef de Service du service d’Accueil Familial Thérapeutique de Loire Atlantique, responsable pédagogique de l’Institut Milton Erickson, enseignant à l’Université de Nantes au DU Hypnose.

A LIRE

Le guide de l’hypnose du Dr Jean-Marc Benhaïem
L’hypnose ou les portes de la guérison du Dr Jean-Marc Benhaïem avec François Roustang
– Hors-série La Recherche, La conscience : ce que nous révèlent les scientifiques
Cerveau & Psycho, Les Pensées qui soignent

crédits

Une émission animée par Guillaume Mézières et Sophie Appenzeller avec la participation de Thomas Guyard et de Claire Sizorn.
Image : Séance d’hypnose, par Richard Bergh, 1887