Petit inventaire des médecines alternatives

On les appelle médecines alternatives, médecines douces, médecines parallèles ou encore médecines complémentaires. Non-conventionnelles, elles ne sont pas officiellement reconnues par la médecine, exceptions faites de l’homéopathie de l’acupuncture, la mésothérapie et l’ostéopathie, reconnues par le Conseil de l’ordre des médecins.

Étiopathie, phytothérapie, médecine chinoise, kinésiologie, reiki… Comment fonctionnent ces disciplines? Quel crédit leur octroyer tandis que certains, certaines, les qualifient de « fake med » en français, de fausses médecines ?

C’est le cas, en France, de 124 professionel·les de santé qui en juillet dernier ont décidé d’alerter sur les promesses “fantaisistes” et l’efficacité non prouvée des médecines dites alternatives comme l’homéopathie. Ce collectif demande l’exclusion – pure et simple – de ces disciplines ésotériques du champ médical…

Pourtant, côté patient·es, les résultats peuvent être probants. Sans qu’on puisse expliquer ou comprendre les mécanismes en action.

Dans ce premier mag’ de la saison, l’équipe du Labo des savoirs s’est penchée sur ces pratiques de soin du corps mais aussi, et peut-être surtout, de l’esprit.

Vidéo

Invité·es

ITW de Mathew Thie, kinésiologue « Touch for health ».

Crédits et Musiques

Une émission préparée et animée par Agathe Petit, avec Ludivine Vendé, Marion Tournemine et Paul Pascal.