Quel avenir pour la pêche ?

Stocks de poissons menacés, stocks en renouvellement ; diminution continue du nombre de pêcheurs, pêche toujours si intensives ; poissons d’élevage et pollution : les crises que traversent la pêche sont suffisamment nombreuses pour que l’avenir de cette économie devienne incertain alors que la demande est toujours plus forte.

Demain, l’homme mangera du poisson, oui mais lesquels ? Les morues ont disparu de Terre-neuve, le Thon rouge est toujours en danger, les captures diminuent et les consommateurs vont peut-être devoir trouver une alternative au saumon.

L’aquaculture est en augmentation constante et dépassera sans doute la pêche sauvage à l’horizon 2020, ce qui, ici non plus, n’est pas sans danger pour l’environnement.

Les crises ne sont pas qu’environnementales. Il y a 150.000 marins dans l’Union Européenne aujourd’hui. Ils étaient plus de 250.000 en 1990. Ce métier difficile s’exerce maintenant dans des conditions économiques difficiles, entre diminution des quotas de pêche et augmentation du coût du gasoil.

Le législateur est entre deux eaux, entre la protection d’un secteur économique et les impératifs écologiques. Et c’est bien d’écologie qu’il s’agit, si on la comprend bien comme une science des relations.

Alors, au carrefour entre l’économie, le droit, les pêcheurs et les poissons, quel avenir pour la pêche ?

Aux enjeux multiples et complexes, il faut plusieurs approches, plusieurs positions d’observation. Ce soir, nous mettons en relation le droit, l’économie et la géographie avec trois chercheurs de l’Institut Universitaire Mer et Littoral, l’IUML.

Invités

PêcheWEBPatrick Chaumette, professeur à l’université de Nantes et chercheur en droit maritime à l’IUML. Directeur du centre de droit maritime et océanique et animateur de l’observatoire des droits des marins à la MSH Ange Guépin.

Patrice Guillotreau, professeur à l’université de Nantes en sciences économiques, directeur adjoint de l’Institut Universitaire Mer Littoral, spécialiste de l’économie de la mer.

Brice Trouillet, géographe, chercheur à l’IUML et à l’IGARUN, l’Institut de Géographie et d’Aménagement Régional de l’Université de Nantes, spécialiste de la valorisation des espaces maritimes.

Crédits

Une émission animée et préparée par Guillaume Mézières. A la technique, Claire Sizorn.

Illustration : Patrick Chaumette, Patrice Guillotreau, Brice Trouillet
Crédit Image : Claire Sizorn – Le Labo des savoirs