Surveillance numérique, un regard technique

Avant les morts de novembre et l’instauration de l’état d’urgence, bien avant les modifications de la constitution française vers des objectifs sécuritaires, la France s’était déjà dotée d’une loi, la loi relative au renseignement qui promulgue tout un ensemble de mesures de surveillance et d’outils de renseignement pour les services de police.

C’était en juillet 2015. Les mois qui ont précédé le vote de cette loi avaient été marqués par les attentats de janvier. Les débats ont été discrets alors que la loi suscitait des controverses. Le contexte actuel a fait sortir de l’agenda parlementaire la question de la protection de la vie privée.

Avant les attentats de novembre, nous avions commencé à préparer cette émission. Il s’agissait pour nous d’ouvrir la boite noire des dispositifs de renseignement et de regarder quelle science s’y cache. Plutôt que de céder à la stupeur devant Big Brother, il faut voir comment marche un algorithme, comment il est possible de récolter des métadonnées ; sur quelles techniques reposent le cybercontrôle.

Cette émission est donc consacrée au thème de la surveillance numérique et en particulier de ses mécanismes techniques. « Mieux comprendre pour mieux agir », dit l’adage ?

Invités

Serge Abiteboul, professeur d’informatique à l’ENS de Cachan, directeur de recherche à l’Inria.

Pierre Paradinas, professeur Titulaire de la chaire Systèmes Embarqués au Conservatoire national des arts et métiers de Paris.

Crédits

Une émission animée par Émilie Bosc et Guillaume Mézières, avec la participation de Claire Sizorn.

Cette émission est réalisée en partenariat avec l’équipe du blog binaire : binaire.blog.lemonde.fr