Vivre à l’Anthropocène

« Ce que nous faisons dans la vie résonne dans l’éternité ». Voilà des mots empruntés à l’acteur Russell Crowe dans le film Gladiator. Dans quelle échelle de temps inscrire nos vies ? Un mandat présidentiel dure 5 ans, un emprunt immobilier 20 ans, un sac plastique 400 ans et la période d’un atome de plutonium 239 : 24,000 ans. Ce que nous faisons dans cette vie, résonne dans une temporalité qui n’est pas humaine mais géologique.

Voilà quelques années qu’un mot nouveau a surgi dans notre vocabulaire, celui d’Anthropocène. Depuis que des scientifiques spécialistes du système-terre ont proposé d’ajouter un nouveau barreau à l’échelle des temps géologiques.

La terre a quelques 4,6 milliards d’années. Elle a connue plusieurs ères et époques. Nous étions dans l’époque de l’holocène qui a commencée il y a 10,000 ans. Nous sommes – ou serions – désormais dans l’anthropocène. L’âge de l’Humain. Une époque où, l’espèce humaine est devenue une force géologique, comparable en cela aux glaciers, aux courants marins, aux volcans. L’Anthropocène, c’est l’âge où la Terre est modifiée globalement par l’être humain.

« Ce que nous faisons dans la vie résonne dans l’éternité » et « Plus rien n’est à la bonne échelle » répondrait le sociologue Bruno Latour. L’anthropocène est un territoire où des sciences humaines comme l’histoire et l’économie rencontrent des sciences de la nature comme la géologie. Une époque où la géologie devient une science morale pour reprendre Gilles Deleuze et Félix Guatari.

L’Anthropocène nous y sommes, comment y vivre ?

Le vendredi 10 juin, Le Labo des savoirs était sur la scène du Grand T à Nantes en ouverture d’un festival pour changer d’ère : Tous Terriens.

Invité-e-s

anthropoceneChristophe Bonneuil, historien des sciences et des techniques. Co-auteur de L’événement Anthropocène (Seuil, 2013).

John Jordan, artiste, activiste. Animateur du collectif Laboratoire de l’imagination insurrectionnelle. co-auteur des Sentiers de l’Utopie (La Découverte, 2011).

Jean Jouzel, glaciologue, vice-président du groupe scientifique du GIEC de 2002 à 2015.

Isabelle Stengers, philosophe des sciences, auteure de Au temps des catastrophes (La Découverte, 2009).

Crédits

Une émission animée par Guillaume Mézières avec Claire Sizorn à la technique.